De l’intention formelle à la structure

Après avoir retenu l’idée du “ruban” se déployant sur la parcelle, il nous restait à résoudre un problème de taille : comment ça tient?

Mais avant de parler de structure, il est important de préciser que cette forme, loin d’être gratuite, cherche à lier expression et contraintes bioclimatiques. Les deux arches sont orientées en fonction des vents dominants (venant principalement de la mer, à l’est), avec la volonté de l’utiliser pour ventiler naturellement nos espaces. La course du soleil a également joué, ce qui nous a fait dessiner des arches orientées de telle sorte que, avec des débords de toiture généreux, le rayons ne viennent pas directement taper sur les espaces de vie. Quant à ces derniers, nous sommes partis sur des “boites” indépendantes, plus ou moins ouvertes en fonction du programme à y loger. L’idée principale est de proposer un espace couvert largement ouvert sur l’extérieur tout en étant protégé de la pluie et du soleil, avec des espaces davantage clos (nos “boites”) afin de s’adapter aux fonctions qui le nécessitent (logements, magasin, certains ateliers…). Ce choix découle de notre analyse des espaces à vivre au Vietnam, auxquels nous avons consacré précédemment une analyse. C’est en effet une typologie courante et parfaitement logique au vu du climat local.

Reste donc la question initiale, à savoir comment faire tenir cette “super-structure” qui vient abriter notre programme. Voici donc un nouveau jet de maquettes qui tentent de résoudre les délicats problèmes de statique. Après plusieurs jets, on retiendra une piste qui nous semble intéressante à exploiter, celle d’un module triangulaire répété dans l’espace et lui-même moisé.

 

 

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.