la quête du bambou #2

 

En plus du réseau de Binh et des expats’ français, nous avons eu l’occasion de rencontrer quelques petits ateliers locaux, tous dans la ville de Hoi An. L’une des première et intéressante rencontre fut celle avec un artisan menuisier spécialisé dans le bambou, originaire de la campagne qui s’est installé à Hoi An avec sa famille pour y travailler et vendre sa production. Il nous a chaleureusement accueilli autour d’un thé afin de nous parler de sa pratique avec Binh à la traduction. Ce fut une des premières approche avec ce matériau que nous souhaitons intégrer au projet, et bien qu’il s’agisse de l’échelle du mobilier et non du bâti, de précieuses infos sont ressorties de cet entretient. On notera au passage la versatilité de ce matériau avec l’aménagement intérieur que l’artisan a réalisé pour sa maison, en particulier l’élégante main courante de l’échelle-escalier qui mène à la mezzanine.

Les petits ateliers étant nombreux et disséminés un peu partout dans la ville, nous avons aussi visité une scierie, preuve que l’usage du bois est toujours d’actualité. Et étant donné la taille des grumes, on peut aisément imaginer qu’il est possible d’utiliser le bois pour la structure. Néanmoins, il y a un bémol : le bois est apparemment très cher et les forêts ne semblent pas être gérée comme en Europe. Et les essences susceptibles de résister aux contraintes locales (forte humidité, inondations fréquentes, termites…) ne sont plus très nombreuses.  Il s’agit donc de nouveaux facteurs qui nous orientent assez logiquement vers le bambou.

 

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.