Visite à Da Nang

Ce matin le réveil fut matinal. Rendez-vous à 7h20 devant le bar restaurant « Son » tenu par Mr Than, que nous sommes sur le point de rencontrer. Il nous propose un thé vietnamien en attendant Quyen qui est chargée de nous prendre en voiture afin de nous accompagner à Da Nang. Il se trouve que M Than tient également une revue d’architecture ici au Vietnam. Malheureusement, pas le temps de discuter plus car Quyen arrive avec son fils Sesame qu’elle doit déposer en route à l’école internationale de Da Nang. Bui Cong Khanh, jeune artiste Vietnamien très sympathique parlant français, que  nous rencontrons pour la première fois, est aussi du voyage.

Une fois les présentations faites et Sesame déposé à l’école, nous nous rendons dans un café fortement européanisé car celui-ci fut construit par les français durant la période coloniale et que les vietnamiens ont réhabilité tant bien que mal, dans un style romantico-italien . De plus, nous sommes ici invité par la firme Lavazza qui tente de s’imposer au Vietnam autour d’un petit déjeuner d’affaires à l’européenne réunissant plusieurs businessmen de la région.

Cela fut l’occasion pour nous de rencontrer des architectes dont Mr Le Xuan Hung gérant de TÊT Architecture à Da Nang, ainsi que Hô Manh Hùng alias Kevin, associé commercial de l’entreprise PKG basée à Singapore. PKG est une entreprise qui conçoit des produits dérivés du bambou pour la construction avec des procédés naturels. Une fois notre assiette de boeuf purée avalée, brochures et échantillons nous sont présentées. Il nous explique comment sont fabriqués des planchers et du lamellé collé en bambou. Les colles utilisées sont naturelles et la technique vient du Japon. Le bambou, quant à lui, vient de Chine car il est plus résistant que celui que l’on trouve au Vietnam (étude réalisée par PKG). Ce fut très intéressant de discuter avec lui car la veille, nous avions discuté avec Mr Quoc à propos du bambou. Il nous expliquait que bien que le bambou soit fortement présent, le problème réside dans la durabilité de ce matériau. Le climat humide et les termites font que le bambou ne dure pas dans le temps. Kévin nous a apporté quelques éléments de réponse à propos de traitements du bambou afin de le faire perdurer dans le temps. D’ailleurs, nous allons prochainement rédiger un post, dans la rubrique In Progress et Recherches, contenant toutes les informations techniques à propos du bambou que nous aurons collectées ici au Vietnam.

 

 

Nous quittons le café pour nous rendre au musée consacré à la civilisation Cham où nous avons pu observer des statues et des fragments de temples très bien conservés jusqu’à aujourd’hui. Les détails sont d’une grande richesse.

Notre dernière étape à Da Nang fut la visite d’un marchand de sculpture de marbre de la région.  Le marbre est très présent et beaucoup utilisé dans l’habitat pour les sols et les plans de travail. Pas étonnant pour un matériau qui peut coûter jusqu’à 4 fois moins cher que le bois. Nous commençons à penser que celui-ci pourrait être intéressant pour notre projet. D’ailleurs, certaines sculptures que nous avons considérées plus comme des échantillons de matériaux que pour leur qualité formelle, ont attiré notre attention. Certaines pierres sont assez belles et ont différents traitements de surfaces (brut, polis, verni…).

Un commentaire pour “Visite à Da Nang”

  1. Merci Philippe, et tes amis, pour ce blog qui nous ravi !
    Nous pouvons suivre vos visites et démarches, et nous sommes dépaysés.
    Bon courage, et bravo.
    Bises.

    Marie-France

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.